L'Ombre de Staline

Agnieszka Holland

Pologne, Angleterre, Ukraine, 2020, 1h59

Avec : James Norton, Vanessa Kirby, Peter Sarsgaard

Pour un journaliste débutant, Gareth Jones ne manque pas de culot. Après avoir décroché une interview d’Hitler qui vient tout juste d’accéder au pouvoir, il débarque en 1933 à Moscou, afin d'interviewer Staline sur le fameux miracle soviétique. A son arrivée, il déchante et se retrouve surveillé jour et nuit. Une source le convainc alors de s'intéresser à l'Ukraine. Parvenant à fuir, il saute dans un train, en route vers une vérité inimaginable...

On connaît mal l'histoire du Gallois Gareth Jones qui a entrepris, pendant l'hiver 1933, une enquête en Union soviétique qui l'a amené à être le seul à témoigner dans les journaux sur l'Holodomor, la terrible famine qui a décimé des millions d'Ukrainiens - preuve aussi retentissante que meurtrière que le système modèle incarné par Staline et tant vanté, à grand renfort de propagande et de censure, sur le sol national comme face au monde, était un cruel naufrage. Le film est techniquement impeccable. L'histoire qu'il raconte est si forte et l'indignation qui résulte de la descente qu'on fait avec Jones dans l'horreur – processus décrit par Agnieszka Holland comme un passage par les différents cercles de l'Enfer – est si suffocante qu'on oubliera difficilement, nous aussi, ce qu'il a vu en Ukraine.

                                                                                                                                                                                                                                                             Bénédicte Prot