Un Divan à Tunis

Manele Labidi

Tunisie, France, 2020, 1h28

Avec : Golshifteh Farahani, Majd Mastoura, Hichem Yacoubi

Selma Derwish, 35 ans qui, après avoir exercé en France, ouvre son cabinet de psychanalyse dans une banlieue populaire de Tunis. Les débuts sont épiques, entre ceux qui prennent Freud et sa barbe pour un frère musulman et ceux qui confondent séance tarifée avec "prestations tarifées". Mais au lendemain de la Révolution, la demande s'avère importante dans ce pays schizophrène. Alors que Selma commence à trouver ses marques, elle découvre qu'il lui manque une autorisation de pratique indispensable pour continuer d'exercer…

Le réalisme social bien dur est le ton habituel, bien compréhensible, des films sur le lendemain du Printemps arabe. Pour son premier long-métrage, Manele Labidi a choisi le ton de la comédie pour parler de ce moment-pivot dans l’histoire récente de la Tunisie. Selma va être aux prises avec la bureaucratie dans ses efforts pour monter un cabinet en Tunisie. Il devient vite clair que c’est elle qui aurait besoin d’une analyse, avant tout parce qu'elle gère très mal le fait d’avoir une identité double : est-elle tunisienne et française, ou une Française avec un héritage tunisien ? En guise de contrepoint au récit sur la réintégration de Selma, le film propose des interludes fréquents à travers les séances avec ses nombreux patients, pour la plupart des femmes. Un gag récurrent, c’est que les hommes qui les accompagnent se voient toujours ordonner de se taire et d'aller se promener. Le film cherche avant tout à formuler un commentaire sur l’état de la nation tunisienne du point de vue des femmes.

                                                                                                                                                                                                                                                                Kaleem Aftab