Jeune Juliette

Anne Emond

Québec, 2019, 1h37

Avec : Alexane Jamieson, Léanne Désilets, Robin Aubert

Juliette est effrontée, malicieuse, un peu grosse et menteuse. Elle n’est pas vraiment populaire au collège, mais c’est pas grave : c’est tous des cons ! Juliette a 14 ans et elle croit en ses rêves. Pourtant, les dernières semaines de cours se montreront très agitées et vont bousculer ses certitudes sur l’amour, l’amitié et la famille…

S’agit-il d’un film pour adolescents ? Oui, sans aucun doute. Mais plus que cela, Jeune Juliette est une invitation aux familles de se laisser porter par un demi rêve, où il sera question de l’émancipation intellectuelle et émotionnelle d’une jeune fille qui démontre, non sans ingéniosité, que le bonheur est permis à tout le monde. La joie constitue la marque de fabrique de ce film, qui pourtant dévoile la cruauté du monde des élèves à l’égard des enfants handicapés ou différents. Cela n’est pas sans interroger le modèle dominant d’une école qui se voudrait inclusive. Mais l’inclusion ne se décrète pas. Elle doit se doter d’un discours, d’une pédagogie qui incite les plus jeunes enfants à vivre avec des êtres vulnérables ou ne rentrant pas dans les normes établies par la société. Voilà sans doute l’objectif éclatant de ce film qui nous fait, avec une économie de mots, une magistrale leçon sur l’intégration scolaire.

                                                                                                                                                                                                                                                     Laurent Cambon

CINE FAMILLE

ADOS : Filles / Garçons