La Bonne Epouse

Martin Provost

France, Belgique, 2020, 1h49

Avec : Juliette Binoche, Yolande Moreau, Noémie Lvovsky

Tenir son foyer et se plier au devoir conjugal sans moufter : c’est ce qu’enseigne avec ardeur Paulette Van Der Beck dans son école ménagère. Ses certitudes vacillent quand elle se retrouve veuve et ruinée. Est-ce le retour de son premier amour ou le vent de liberté de mai 68 ? Et si la bonne épouse devenait une femme libre ?

Déjà auteur de Séraphine ou Violette, le réalisateur Martin Provost poursuit son exploration de la condition féminine avec La Bonne Epouse, où il dirige à nouveau Yolande Moreau (qui était mémorable dans le biopic sur la peintre autodidacte Séraphine de Senlis), tandis que Noémie Lvovsky (vue récemment dans Les Invisibles) incarne une Soeur Marie-Thérèse qui n’a pas froid aux yeux.

Mai 68 a tout faire voler en éclat : c’est le point de départ d’une formidable prise de conscience, qui allait accélérer le mouvement d’émancipation des femmes. Toute l’imagerie véhiculée par ces écoles ménagères est à la fois infiniment drôle et terrifiante. Elle raconte toute une époque. Je voulais que le film soit très stylisé, avec des dialogues ciselés, un rythme soutenu, de l’émotion… qu’il soit plein de cette énergie incroyable qui s’est libérée avec 68.

                                                                                                                                                                                                                                                            Martin Provost