La nuit du 12.jpg

La Nuit du 12

Dominik Moll

France, 2022, 1h54

Avec : Bastien Bouillon, Bouli Lanners, Théo Cholbi

À la PJ chaque enquêteur tombe un jour ou l’autre sur un crime qu’il n’arrive pas à résoudre et qui le hante. Pour Yohan c’est le meurtre de Clara. Les interrogatoires se succèdent, les suspects ne manquent pas, et les doutes de Yohan ne cessent de grandir. Une seule chose est certaine, le crime a eu lieu la nuit du 12.

Depuis «Harry, un ami qui vous veut du bien», Dominik Moll promène son cinéma atypique dans tous les genres. Derrière l’apparente simplicité de son cinéma se cache en fait un goût pour des univers froids et des personnages en plein doute, et une mécanique de narration aussi déroutante que captivante. Du cinéma à l’os qui prend toute son ampleur avec ce film. Ce portrait en creux de flics un peu perdus, paumés dans une ville sans âme, prend d’un coup un tout autre sens, explore la virilité et la fragilité masculine avec un sens inné du récit, mêlant les genres dans une narration au cordeau, pour un film sec et d’une maîtrise de tous les instants. Porté par la force étrange de Bastien Bouillon et la tendresse désespérée de Bouli Lanners, voilà une leçon de cinéma à l’économie, à l’écriture implacable. Voilà un grand film planqué sous l’apparence d’un petit.

Fabrice Leclerc

© 2015Cinémartigues