J’ai perdu mon corps

Jérémy Clapin

France, 2019, 1h21

Festival du Film d’Animation d’Annecy 2019 : Cristal du Long Métrage et Prix du Public.

Cannes 2019 : Grand Prix de la Semaine de la Critique

A Paris, Naoufel tombe amoureux de Gabrielle. Un peu plus loin dans la ville, une main coupée s’échappe d’un labo, bien décidée à retrouver son corps. S’engage alors une cavale vertigineuse à travers la ville, semée d’embûches et des souvenirs de sa vie jusqu’au terrible accident.

On sait que les mutilés ne souffrent pas seulement de la disparition d’une ou plusieurs parties de leurs corps, mais aussi d’un phénomène connu sous l’appellation de «membre fantôme», qui voit persister et lanciner chair, nerfs et os abolis, parfois jusqu’aux limites du supportable, symptômes qui mobilisent aussi bien philosophes et neurologues sur ce qu’on pourrait ranger hâtivement sous la catégorie d’un incorporel aussi puissamment agissant que peut l’être l’inconscient. Adapté par Guillaume Laurent (le scénariste d’Amélie Poulain) de son propre roman Happy Hand, le film est le résultat d’un processus de fabrication qui s’est étendu sur six ans, mêlant 2D et 3D. L’animation permet d’assembler dans une même trame de récit la mémoire sensorielle et l’amnésie physique, le trop plein de perception et les filets dérivant du manque affectif. La main qui tâtonne et titube en direction du bras qui l’aimante et l’oriente médiumniquement à travers une série de mises à l’épreuve témoigne par son absurde odyssée au ras du sol de l’état d’abandon du sujet qu’elle a quitté.

                                                                                                                                                                                                                                                             Didier Péron