top of page
LaRoy.png

Festival de Deauville : Grand Prix, Prix du Public, Prix de la Critique

LaRoy

Shane Atkinson

USA, France, 2024, 1h52

Avec : John Magaro, Steve Zahn, Dylan Baker

Quand Ray découvre que sa femme le trompe, il décide de mettre fin à ses jours. Il se gare sur le parking d’un motel. Mais au moment de passer à l’acte, un inconnu fait irruption dans sa voiture, pensant avoir affaire au tueur qu’il a engagé.

Le préambule étrange, d’un humour noir réjouissant, va donner le ton à ce thriller original, qui rappelle dans l’esprit certains films des frères Coen. Le récit présente une galerie de losers malchanceux ou maladroits, et parfois les deux, et comprend deux histoires bien distinctes assorties d’un quiproquo. Elles vont se rejoindre et créer une belle pagaille dans la petite ville de LaRoy au Texas. Ray (John Magaro), le personnage principal, doté d’une silhouette à la Droopy, est aussi malchanceux que naïf. Son destin va basculer quand Skip (Steve Zahn) une ancienne connaissance, au look de cow-boy, devenu détective privé, va lui révéler, photos à l’appui, que sa femme le trompe dans un motel miteux de la ville. Tant bien que mal, les deux hommes vont être obligés de faire équipe, surtout quand Ray, décidé à en finir, va être pris pour un tueur à gages attendu par un petit malfrat. L’histoire, qui ne manque pas de rebondissements, va dépasser le pauvre Ray, qui va voir les morts se multiplier autour de lui. Sur un scénario extrêmement malin et des dialogues ciselés et drôles, le film est un modèle d’équilibre entre thriller classique et comédie maniant le second degré avec délectation. La distribution, John Magaro et Steve Zahn en tête, est absolument éblouissante.

Fabrice Prieur

© 2015Cinémartigues 

 

 

bottom of page