top of page
Banel et Adama.png

Festival de Cannes 2023 : Sélection Officielle

Banel et Adama

Ramata-Toulaye Sy

Sénégal, France, 2023, 1h27

Avec : Khady Mane, Mamadou Diallo, Binta Racine Sy

Banel et Adama s’aiment. Ils vivent dans un village éloigné au Nord du Sénégal. Du monde, ils ne connaissent que ça, en dehors, rien n’existe. Mais l’amour absolu qui les unit va se heurter aux conventions de la communauté. Car là où ils vivent, il n’y a pas de place pour les passions, et encore moins pour le chaos.

Banel et Adama, mêle le conte et la tragédie, pari risqué qui court mille fois le péril de la joliesse et du dialogue appliqué mais le déjoue, grâce à un personnage féminin dont la grâce cache à la fois un secret dévorant et une force insoupçonnable. Il en faut quand on prétend s’opposer à la famille, aux traditions, à la répartition genrée des tâches. Les femmes sont aux champs, sous le soleil, et voilà que cette image d’Épinal en provenance du Sénégal se grippe... La jeune femme voudrait être ailleurs, à garder les vaches avec son mari. Le soir, inlassablement, elle couche leurs noms sur une feuille. Eux deux contres le reste du monde. Tourné en langue peule, dans la région rurale du Fouta, le film surprend dès lors qu’il semble dérailler. Quand Banel, que l’on croyait inquiète, devient inquiétante et dégomme un oiseau perché sur une branche ou se met à dézinguer des lézards au lance-pierre, avant de les jeter au feu. Le danger rôde et il s’appelle amour fou !  

Marie Sauvion

bottom of page