top of page
Le Dernier des Juifs.png

Le Dernier des Juifs

Noé Debré

France, 2024, 1h30

Avec : Michael Zindel, Agnès Jaoui, Solal Bouloudnine

Bellisha a 27 ans et mène une vie de petit retraité, il va au café, fait le marché, flâne dans la cité... Il vit chez sa mère Giselle, qui sort très peu et à qui il fait croire qu'il est solidement intégré dans la vie active. Le vent tourne quand Giselle s'aperçoit qu'ils sont les derniers juifs de leur cité. Elle se convainc qu'il faut qu'ils partent eux-aussi. Bellisha n'en a pas très envie mais pour rassurer sa mère, il lui fait croire qu'il prépare leur départ.

L’humour comme un remède à la mélancolie, aux maux de ce monde ! Là où l’on s’attendrait à être exilés dans des paysages lointains, nous voici plongés dans une banlieue basique mais dans le fond très exotique à sa manière. Ou plutôt ce sont ses habitants qui le sont, comme tous nous pouvons l’être pour les autres, avec nos jardins secrets, nos origines bigarrées, nos manies et nos rites familiaux spéciaux. L’immeuble où résident nos héros du jour est un peu un ersatz de tour de Babel : de multiples civilisations y cohabitent. On sait que tels sont musulmans, tels autres chrétiens, bouddhistes ou animistes. Ici on se charrie, on détourne les clichés, on se les balance à la face en rigolant, on s’affuble de petits surnoms marrants qui sont autant de preuves de reconnaissance et d’acceptation de la différence. S’il y avait un ennemi commun, ce serait plutôt l’ascenseur en panne, plutôt que tel ou tel voisin. Cet émouvant et drôlatique jeu de cache-cache affectif a failli ne pas sortir vu le contexte actuel. Pourtant il n’est ni pro, ni anti… Il prône le bien vivre ensemble, la biodiversité humaine, dans une société où toutes les cultures sont amenées, non pas à se fondre, mais à coexister.

© 2015Cinémartigues 

 

 

bottom of page