top of page
Memory.png
Festival de Venise : Meilleure Interprétation Masculine

Memory

Michel Franco

USA, Mexique, 2024, 1h40

Avec : Jessica Chastain, Peter Sarsgaard, Merritt Wever

Sylvia mène une vie simple, structurée par sa fille, son travail et ses réunions des AA. Pourtant, ses retrouvailles avec Saul bouleversent leurs existences, réveillant des souvenirs douloureux que chacun avait enfouis jusque-là.

"Memory", récit de la rencontre d’une femme membre des alcooliques anonymes, et d’un homme atteint d’Alzheimer qui l’avait suivi jusque chez elle après une soirée de retrouvailles de camarades de lycée. Posant d’emblée la peur comme part permanente de la vie de Sylvia, avec la quantité de serrures de sa porte, doublée d’une alarme sophistiquée, ou l’incapacité d’adresser la parole à un homme inconnu qui l’aborde, le scénario va aborder de manière frontale l’un de ses traumas. Questionnant au passage la valeur de la mémoire, parfois altérée, c’est aussi le doute qui s’installe, autour de ce personnage entier, se laissant approcher par un homme que la maladie bloque lui aussi dans son passé. Incapables de s’imaginer un futur, c’est dans le présent, autour de la prise de soin l’un de l’autre, qu’ils vont pouvoir dialoguer. Peter Sarsgaard et Jessica Chastain, incarnent avec ce qu’il faut de détresse et d’élan, deux personnages dont les trajectoires se croisent en terme de dignité et de liberté, bénéficiant l’un à l’autre. Une fois de plus Michel Franco a visé juste.

Olivier Bachelard

bottom of page