Michel-Ange

Andreï Konchalovsky

Italie, Russie, 2020, 2h16

Avec : Alberto Testone, Jakob Diehl, Francesco Gaudiello

Florence, au début du XVIe siècle. Même s’il est considéré comme un génie par ses contemporains, Michelangelo Buonarroti est réduit à la pauvreté après son combat pour terminer le plafond de la chapelle Sixtine. Lorsque son commanditaire – et chef de la famille Della Rovere – le pape Jules II meurt, Michel-Ange devient obsédé par l’idée de trouver le meilleur marbre pour terminer son tombeau. La loyauté de l’artiste est mise à l’épreuve lorsque le pape Léon X – de la famille rivale les Médicis – accède à la papauté et lui passe une nouvelle commande lucrative : la façade de la basilique San Lorenzo. Obligé de mentir afin de conserver les faveurs des deux familles, Michel-Ange est victime de suspicion et d’hallucinations qui le mènent à faire un examen de sa propre morale et de ses échecs artistiques.

Je voulais montrer non seulement l’essence de Michel-Ange, un homme de la Renaissance avec ses superstitions, ses exaltations, son mysticisme et sa foi, mais également les couleurs, les odeurs, et les saveurs de son époque, et de la capacité de l’œil humain à capturer

l’éternelle beauté du monde et de l’humanité, qui devrait être transmise aux générations à venir.

                                                                                                                                                                                                                                                    Andreï Konchalovsky