Le Traitre

Marco Bellocchio

Italie, France, 2h31

Avec : Pierfrancesco Favino, Maria Fernanda Cândido, Fabrizio Ferracane

Au début des années 1980, la guerre entre les parrains de la mafia sicilienne est à son comble. Tommaso Buscetta, membre de Cosa Nostra, fuit son pays pour se cacher au Brésil. Pendant ce temps, en Italie, les règlements de comptes s'enchaînent, et les proches de Buscetta sont assassinés les uns après les autres. Arrêté par la police brésilienne puis extradé, Buscetta, prend une décision qui va changer l'histoire de la mafia : rencontrer le juge Falcone et trahir le serment fait à Cosa Nostra.

Le film raconte les seize dernières années de Buscetta, avec une précision, une clarté, un sens du raccourci et décrit un personnage attachant, ambigu, intelligent malgré ses origines modestes, qui a effectivement, et il le reconnaît, commis des crimes, mais décide à un moment qu'il faut en finir avec la Cosa Nostra parce que c'est elle qui a trahi son code d'honneur. En près de deux heures et demie, et sans jamais prendre la peine inutile (comme bon nombre de cinéastes) de nous prévenir qu'il s'inspire de faits réels (au fond, on s'en fiche), il retrace l'un des épisodes les plus importants de la lutte contre le crime organisé en Italie. En creux, avec ironie (Buscetta et Falcone croient vraiment que Cosa Nostra ne renaîtra jamais de ses cendres...), il nous rappelle, sans le dire explicitement, que cette lutte est sans fin. Comme le dit Buscetta à un moment dans le film (phrase qui annonce la toute dernière scène du métrage, qui tombe comme un couperet) : "Cosa Nostra a tout son temps".

                                                                                                                                                                                                                                                    Jean-Baptiste Morain