Monos

Alejandro Landes

Colombie, Argentine, Uruguay, 2020, 1h42

Avec : Julián Giraldo, Moises Arias, Julianne Nicholson

Festival Sundance : Prix du Jury

Dans ce qui ressemble à un camp de vacances isolé au sommet des montagnes colombiennes, des adolescents, tous armés, sont en réalité chargés de veiller à ce que Doctora, une otage américaine, reste en vie. Mais quand ils tuent accidentellement la vache prêtée par les paysans du coin, et que l'armée régulière se rapproche, l'heure n'est plus au jeu mais à la fuite dans la jungle...

Sublimement photographié, le film de Landes nous plonge dans un voyage au cœur des ténèbres, où ceux qui étaient les garants de l’innocence deviennent les tortionnaires de l’humanité. Les jeux sont alors consubstantiels de la violence, les relations sociales se font opérations de domination, et le dépassement de soi se fourvoie inexorablement dans l’aliénation. Tout est dit dans les regards de ces adolescents, à la fois pétris de terreur enfantine et de détermination guerrière. Cet équilibre fragile est la clé empathique du film, car nous comprenons que ces jeunes gens n’ont jamais atteint le point de non-retour dans l’inhumanité. Et cela, quand bien même devront-ils subir encore en et encore la souffrance, physique et mentale, infligée par les ordres du Messager. Derrière les Bigfoot, Dog et Wolf, se cachent des enfants qui souffrent, et qui ne peuvent camoufler cette souffrance qu’au travers d’un divertissement mortifère. Un film aussi magnifique que bouleversant.

                                                                                                                                                                                                                                                                      Paul Hébert