Un Soupçon d'amour

Paul Vecchiali

France, 2020, 1h32

Avec : Marianne Basler, Fabienne Babe, Jean-Philippe Puymartin

Geneviève Garland, une célèbre comédienne, répète « Andromaque » de Racine, avec pour partenaire, son mari André. Elle ressent un malaise profond à interpréter ce personnage et cède son rôle à son amie Isabelle qui est aussi la maîtresse de son époux. Geneviève s’en va avec son fils malade dans son village natal. Elle semble fuir certaines réalités difficiles à admettre.

Le film, dédié à Douglas Sirk (Le Temps d’aimer et le temps de mourir, Tout ce que le ciel permet, Écrit sur du vent), reprend ainsi les codes du cinéaste américain, autant dans son esthétique (les couleurs chaudes sur les vêtements des protagonistes) que dans sa structure narrative, par le contraste entre un personnage tragique, à savoir Geneviève, et un autre au contraire stable émotionnellement, voire cynique dans le cas d’Isabelle. 

En arrière-plan de cette joute passionnelle, Un soupçon d’amour nous parle de résilience, de reconstruction après un drame intime et la manière dont celui-ci bouleverse les liens affectifs. «La douleur qui se tait n’en est que plus funeste » (Andromaque, III, 3)

                                                                                                                                                                                                                                                                        Paul Laillier