sans filtre.jpg

Sans Filtre

Ruben Östlund

Suède, Allemagne, 2022, 2h29

Avec : Harris Dickinson, Woody Harrelson, Charlbi Dean Kriek, Dolly de Leon…

Palme d'Or au Festival de Cannes 2022.

Après la Fashion Week, Carl et Yaya, couple de mannequins et influenceurs, sont invités sur un yacht pour une croisière de luxe. Tandis que l’équipage est aux petits soins avec les vacanciers, le capitaine refuse de sortir de sa cabine alors que le fameux dîner de gala approche. Les événements prennent une tournure inattendue et les rapports de force s'inversent lorsqu'une tempête se lève et met en danger le confort des passagers.

Ne vous effrayez pas : vous allez rire. Jaune, noir, jusqu’au malaise, jusqu’au vertige, mais c’est pour votre bien. Ruben Östlund est votre meilleur thérapeute. Sa thérapie a un nom : la purge. Une vraie saignée : il faut tout vider. La purge est dingue, inconfortable, mais à la fin, elle fait le plus grand bien. La grande purge sociale par le réalisateur de Snow Therapy et The Square, Palme d’or 2017, se poursuit avec Sans Filtre, à la cruauté jubilatoire et terriblement excitante. C’est la mise en pièces tragi-comique d’un monde à gerber, avec son fric obscène, son capitalisme amoral, sa société du spectacle exhibitionniste, sa société de classes dégueulasse, ses petites horreurs économiques. Bienvenue dans un monde puissant, écrasant, dont il met en scène le naufrage et dont les personnages à vomir, littéralement, finissent par se vider, dégueulant leurs noires entrailles, pourries de l’intérieur. Évidemment, ça donne des haut-le-cœur, qui rendent le monde instable, vacillant, et fait perdre pied à tous, du haut en bas de la société. Mais que c’est drôle, ce cauchemar social improbable dans lequel se noient les salauds, pauvres types ridicules, mais qui, au fond, n’épargne personne. Sans filtre, c’est la grande vidange qui nous retourne la conscience.

                                                                                                                                                                                                              Jo Fishley

© 2015Cinémartigues