La LLorona

Jayro Bustamante

Guatémala, France, 2020, 1h37

Avec : María Mercedes Coroy, Sabrina de La Hoz, Julio Diaz

Selon la légende, la Llorona est une pleureuse, un fantôme qui cherche ses enfants. Aujourd’hui, elle pleure ceux qui sont morts durant le génocide des indiens mayas. Le général, responsable du massacre mais acquitté, est hanté par une Llorona. Serait-ce Alma, la nouvelle domestique ? Est-elle venue punir celui que la justice n’a pas condamné ?

Tout en poursuivant à travers un parti pris esthétique fort la dénonciation de l'intolérance criminelle qui a cours depuis plusieurs décennies au Guatemala, Jayro Bustamante convoque ici les codes du cinéma fantastique en utilisant par ailleurs une figure iconique des légendes latino-américaines. Pour cela, il ne lui est pas nécessaire de faire appel aux effets spéciaux mais d'appuyer sa mise en scène sur un développement du hors-champ sonore et une photographie aussi fluide dans ses mouvements de caméra que dans la composition de chacun des plans grâce au toujours très inspiré chef opérateur Nicolás Wong. L'histoire est inspiré de l'histoire vraie du procès du général et ex-président Efraín Ríos Montt condamné en 2013 pour génocide et crimes contre l’humanité et dont la sentence, deux semaines plus tard, a été annulée. Pour dénoncer l'impunité des généraux génocidaires au Guatemala, Jayro Bustamante saisit la force du cinéma avec sobriété et efficacité, dans un huis clos où les seules échappées sont des cauchemars qui permettront une prise de conscience de personnes dans le déni du génocide.

                                                                                                                                                                                                                                                            Cédric Lépine